PUBLICATIONS MÉDICALES D’IMMUNOTEC 2


ANTICANCER RESEARCH 24: 553-554 (2004)
26 – PATHOGENÈSE MOLÉCULAIRE ET PRÉVENTION DU CANCER DE LA PROSTATE
G. Bounous, D. Beer
ABSTRAIT – Des études en laboratoire sur les animaux indiquent l’inhibition de carcinome induit chimiquement par des diètes enrichies à la cystine fortifiant le système antioxydant cystéine-GSH.  La progression du carcinome de la prostate est aussi inhibée par ces diètes, qui, plus tard, fut constatée comme augmentant le taux de GSH dans l’épithélium de la prostate. De nouveaux résultats présentés le 13 juillet 2003 lors de la réunion de l’American Association for Cancer Research indiquent qu’un taux total plus élevé de cystéine dans le plasma peut prédire un risque réduit de cancer du sein. Cette éventuelle investigation a été menée auprès de 32,000 femmes de l’étude Nurses Health. Les résultats précédents rapportés sur le cancer de la prostate semblent ne pas s’appliquer uniquement au genre quant au rôle d’antioxydant du système cystéine–GSH qui s’appliquerait aussi à la prévention du cancer du sein.
******************************
JOURNAL OF CYSTIC FIBROSIS, VOL 2, ISSUE 4, DECEMBER 2003
27 – AMÉLIORATION DE L’ÉTAT DU GLUTATHION CHEZ LES JEUNES PATIENTS ADULTES ATTEINT DE LA FIBROSE CYSTIQUE SUPPLÉMENTÉ AVEC LA PROTÉINE DE LACTOSÉRUM
V Greya, SR Mohammedb, AA Smountasb, R Bahloolb & LC Landsb
aService de pathologie et médecine moléculaire, division McMaster, Hamilton Health Sciences, Hamilton, Ontario
bService de médecine respiratoire, université McGill centre médical, Hôpital Montréal pour Enfants, Montréal, Québec, H3H 1P3
ABSTRAIT – Information de base : L’affection pulmonaire de la fibrose cystique est associée à une réaction inflammatoire chronique et à une abondance d’oxydants relatifs aux antioxydants. Le glutathion (GSH) agit comme défense principale contre la formation des oxydants dans les poumons. Cette augmentation pour le GSH en fibrose cystique peut être restreint si l’apport nutritionnel est compromis. Nous cherchons à augmenter le niveau de GSH chez les patients stables atteint de la fibrose cystique avec un supplément à base d’une protéine de lactosérum. Méthodes : Vingt et un patients de condition stable, ont été sélectionnés aléatoirement pour prendre l’isolat de protéine de lactosérum (Immunocal, 10g deux fois par jour) ou un placebo de caséine pendant trois mois. Le lymphocyte périphérique GSH a été utilisé comme marqueur pour le GSH dans les poumons. Les résultats ont été comparés avec l’état nutritionnel et aux paramètres des poumons. Résultats : À la base, il n’y avait aucune différence significative avec l’âge, la grandeur, le poids, pourcentage de poids corporel idéal ou le pourcentage de gras corporel. Le lymphocyte GSH était similaire dans les deux groupes. Au groupe ayant reçu le supplément, nous avons observé une augmentation de 46,6% des données de base (P<0.05) au taux de lymphocyte GSH. Aucun autre changement n’a été observé. Conclusion : Les résultats démontrent qu’un supplément alimentaire à base de protéine de lactosérum peut augmenter le taux de GSH chez les patients atteint de la fibrose cystique. Cette approche nutritionnelle peut être bénéfique pour le maintient optimal des niveaux de GSH et neutraliser les effets nuisibles du stress oxydatif dans les poumons chez les patients atteint de fibrose cystique.
Mots clés : glutathion, fibrose cystique, petit-lait
*****************************
MED. SCI. SPORTS EXERC., VOL. 37, NO. 9, PP. 1468-1473, 2005.
28- EFFETS DE LA SUPPLÉMENTATION D’UN DONNEUR DE CYSTÉINE SUR LA BRONCHOCONSTRICTION INDUITE PAR L’EXERCICE
JM Baumann, KW Rundell, TM Evans, AM Levine
American College of Sports Medicine. Marywood University, Human Performance Laboratory, Scranton, PA
ABSTRAIT – Objectif: Les espèces réactives d’oxygène/nitrogène (ROS/RNS) dans les cellules résidentes des voies aériennes peuvent être importantes dans la bronchoconstriction suivant un exercice. Le glutathion (GSH) est un antioxydant pulmonaire essentiel et pourrait influencer les résultats pathologiques chez les individus avec la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE). Cette étude a examiné les effets de la supplémentation avec la protéine de petit-lait non dénaturée (PND) sur des sujets exposés à la sténose des voies aériennes suivant une hyperventilation eucapnique volontaire (HEV), un substitut pour diagnostiquer la BIE. La PND est un donneur de cystéine qui augmente la production de GSH. Méthodes : Dans un essai contrôlé, à double insu et réparti au hasard, 18 sujets de BIE positive (âge 25,2 %uF0B1 9,01 ans; poids: 77,3 %uF0B1 18,92 kg; grandeur: 1,7 %uF0B1 0,09 m) avec des baisses post-HEV de %uF0B3 10% volume expiratoire maximal par seconde (VEM) ont reçu 30 g PND (TX) ou un placebo de caséine (PL)/d. Les sujets ont accompli des tests de provocation HEV de 6 minutes avant et après 4 et 8 semaines de supplémentation. L’oxyde nitrique exhalée (eNO) a été mesurée de manière séquentielle avant la spirométrie et à 1 semaine d’intervalle. La spirométrie fut exécutée avant et suivant les tests de provocation de 5, 10 et 15 minutes. Résultats : Les sujets ont démontré une amélioration moyenne significative dans les baisses de post tests de provocation du FEB de 0 semaine (-2,6 %uF0B1 12,22%) avec TX à 4 (-18,9 %uF0B1 12,89%, P%uF03C0,05) et à 8 semaines (-16,98 %uF0B1 11,61%, P%uF03C 0,05) et une réduction moyenne significative dans les baisses de pointe post-HEV FEF de 0 semaine (-40,6 %uF0B1 15,28%) avec TX à 4 (-33,1 %uF0B1 17,11%, P %uF03C0,01) et à 8 semaines (-29,7 %uF0B1 17,42%, P%uF03C0.05). Aucun changement dans le FEV ou le FEF ne fut observé dans le PL à aucun moment. La moyenne eNO pour les groupes PL et TX à 0, 4 et 8 semaines (46,8 %uF0B1 31,33, 46,5 %uF0B1 35,73, 49,3 %uF0B1 37,12 vs 35,2 %uF0B1 26,87, 29,1 %uF0B1 17,26, 34,7 %uF0B1 21,11 ppb, respectivement) ne fut pas différente de manière significative. Conclusion : La PND peut augmenter la capacité de l’antioxydant pulmonaire et être bénéfique de manière thérapeutique chez les individus exposés à la BIE, en tant que fonction pulmonaire post-exercice améliorée avec une supplémentation. Un manque de changement significatif dans le eNO suggère que les améliorations de la fonction pulmonaire provenant de la supplémentation de PND sont indépendantes au eNO.
Mots clés de l’auteur: asthme, inflammation, fonction pulmonaire, protéine de petit-lait, glutathion.
*****************************
PHIL. TRANS. R. SOC. B. 360, 2355-2372 (2005)
29- LE STRESS OXYDATIF ET LE VIEILLISSEMENT : VIEILLIR EST-IL UN SYNDROME DE CARENCE EN CYSTÉINE ?
Dröge, W.
Division de la physiologie en réduction-oxydation et recherche sur le vieillissement, Deutsches Krebsforschungszentrum, Im Neuenheimer Feld 280, 69120 Heidelberg, Allemagne
ABSTRAIT – Les espèces oxygénées radicalaires (ROS) sont continuellement fabriquées dans les tissus biologiques et jouent un rôle dans différentes trajectoires de signaux. Des concentrations anormalement élevées de ROS provoquent un stress oxydatif associé à la détérioration des tissus et à l’altération de la régulation des signaux physiologiques. Un plus grand nombre d’éléments de preuve laissent croire que le stress oxydatif augmente avec l’âge. Il a été également démontré que la longévité des vers de terre, mouches et souris peut être accrue par des mutations, entravant ainsi la cascade de signalisation du récepteur de l’insuline. Des analyses moléculaires ont révélé que l’activité basale du récepteur de l’insuline est augmentée par les ROS et insensibilisée par certains antioxydants. Des études cliniques complémen-taires ont confirmé qu’une supplémentation de glutathion précurseur de cystéine diminue la réactivité de l’insuline à jeun. Lors de plusieurs essais cliniques, une supplémentation de cystéine a amélioré les fonctions des muscles squeletti-ques, diminué le ratio de la masse maigre/grasse, diminué les niveaux de plasma du facteur %uF061 (TNF-%uF061) de nécrose tumorale de la cytokine inflammatoire, amélioré les fonctions immunitaire et augmenté les niveaux d’albumines plasmatiques. Puisque tous ces paramètres dégénèrent avec l’âge, ces résultats suggèrent : (i) que la perte de la jeunesse, de la santé et de la qualité de vie peut s’expliquer, pour une part, par une insuffisance de cystéine; et (ii) que la consommation alimentaire de cystéine est généralement sous-optimale et, selon toute probabilité, chaque être humain aura une insuffisance de cystéine tôt ou tard.
******************************
ANTIOXIDANTS & REDOX SIGNALING, 10:1953-    (2008)
30– L’ABERRATION DE LA SIGNALISATION DU RÉCEPTEUR DE L’INSULINE ET DE L’HOMÉOSTASIE AGIT À TITRE D’UNE DES PRINCIPALES CAUSES DU STRESS OXYDATIF DANS LE VIEILLISSEMENT
W. Dröge a)  R. Kinscherf  b).
a) Service de recherche & développement, Immunotec inc., Vaudreuil, Québec, Canada
b)Département de l’anatomie et de la biologie de croissance, Université d’Heidelberg, Mannheim, Allemagne
ABSTRAIT – Les mécanismes menant à l’augmentation de radicaux libres dérivés du stress oxydatif demeuraient obscurs sur le plan du processus de « vieillissement normal ». Dans le présent abstrait, nous présentons notre point de vue sur des études provenant de divers domaines, révélant un cycle vicieux du stress oxydatif qui n’a jamais été constaté auparavant. Les concentrations de cystéine plasmatique durant le jeûne en soirée ou tôt en matinée (l’état post-absorptif) diminuent avec l’âge. Cette diminution est associée à la réduction de la cystéine dérivée dans les concentrations tissulaires et du glutathion antioxydant de manière quantitative. La diminution observée dans la cystéine reflète les changements dans le catabolisme autophagique de protéine qui assure généralement l’homéostasie des acides aminés libres durant le jeûne. L’autophagie est réglementée négativement par la cascade du récepteur de l’insuline qui, en l’absence de cette dernière, est haussé par le stress oxydatif. Ce tableau synoptique de processus non reliés en apparence révèle un nouveau mécanisme de stress oxydatif progressif, dans lequel une diminution des concentrations d’antioxydants et une augmentation de l’activité de signalisation du récepteur de l’insuline (post-absorptif) compromet non seulement le catabolisme autophagique de protéine, mais également l’activité des facteurs de transcription FOXO, c.-à-d. deux fonctions qui ont été identifiées pour avoir une incidence sur la durée de vie de plusieurs animaux vieillissants servant de modèle en laboratoire. De plus, la diminution du niveau de glutathion relié au vieillissement est susceptible de faciliter certains mécanismes « secondaires » du stress oxydatif reliés à la maladie. Des études effectuées sur une supplémentation en cystéine se révèlent prometteuses sur le plan thérapeutique.
*****************************
ANTIOXIDANTS & REDOX SIGNALING, 10:395-402, (2008)
31–UNE PROTÉINE RICHE EN CYSTÉINE INVERSE LA PERTE DE POIDS CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D’UN CANCER DU POUMON ET SUBISSANT UNE CHIMIOTHÉRAPIE OU RADIOTHÉRAPIE
R. Tozer, a)   P. Tai, b)    W. Falconer, c)   T. Ducruet, d)      A. Karabadjian, e)    G. Bounous, f)     
 J. Molson f)   et W. Dröge f)
a) Hamilton Regional Cancer Centre, Hamilton, Ontario, Canada.  b) Onco-radiologie, Allan Blair Cancer Center, Regina, Saskatchewan, Canada,  c) Programme nutritionnel & de réhabilitation de patients cancéreux, département d’oncologie, Université McGill, Montréal, Québec. Canada, d)  Boreal Primum Inc., Montréal, Québec, Canada  e)Communications Medscope Communications Inc., St-Laurent, Québec, Canada  f) Recherche Immunotec Inc. Vaudreuil, Québec Canada.
ABSTRAIT – Le stress oxydatif joue un rôle dans l’effet tumoral-cytotoxique de la chimiothérapie et la radiothérapie contre le cancer, ainsi que lors de certaines manifestations indésirables. Compte tenu de ces aspects incompatibles, un essai à double insu, d’une durée de six mois, a été effectué dans le but de déterminer si une protéine riche en cystéine (IMN1207) peut avoir un effet positif ou négatif sur les résultats cliniques lors d’une comparaison avec la caséine, un supplément protéique à faible teneur en cystéine couramment utilisé. Soixante et six patients atteints d’un cancer du poumon « non à petites cellules » ont été assignés au hasard à la prise de l’IMN 1207 ou de la caséine. Certains des patients avaient précédemment observé une perte de poids involontaire de ≥3 %, ≥70 selon l’échelle de Karnofsky, ainsi qu’un taux de survie estimé à > 3 mois.  Trente-cinq patients atteints d’un cancer ont été maintenus dans l’étude pendant six semaines. La conformité globale n’était pas différente au niveau des bras sous traitement (42 %-44 % ou 13 g/jour). Les patients adminis-trés avec la protéine riche en cystéine ont eu une augmentation moyenne de 2,5 % du poids corporel, tandis que les patients traités avec la caséine on perdu 2,6 % (P=0,049). Les différences dans les résultats finaux secondaires incluent une augmentation au niveau de la survie, de la force de préhension et de la qualité de vie. Les manifestations indésirables ont été notées faibles à modérées. De futures études devront démontrer si les effets cliniques positifs peuvent être confirmés et liés aux paramètres précis du stress oxydatif chez le patient.
*****************************
IMMUNOBIOL., vol. 172, pp 151-156 (1986)
32–LE GLUTATHION AUGMENTE L’ACTIVATION DES LYMPHOCYTES T CYTOTOXIQUES IN VIVO
W. Dröge, C. Pottmeyer-Gerber, H. Schmidt et S. Nick
Institut fÜr Immunologie und Genetik, Deutsches Krebsforschungszentrum, Heidelberg, République fédérale d’Allemagne (RFA)
ABSTRAIT – Il a été constaté que l’activation des lymphocytes T cytotoxiques (LTC) in vivo est augmentée par le glutathion si celui-ci est injecté au point initial lors de la phase tardive, mais non pendant la phase précoce de la réponse. L’effet du glutathion s’apparente possiblement à l’effet croissant du 2-mercaptoéthanol dans les cultures de lymphocytes.
*****************************
JANA VOL. 11, NO. 1, (2008)
33 – TOLERABILITY ORALE DE L’ISOLAT PROTEIQUE DE LACTOSERUM RICHE EN CYSTEINE CHEZ LES ENFANTS AUTISTES – ETUDE PILOT
Janet K. Kerna), Bruce D. Grannemanna)  Jimmy Gutmanb)  Muadhukar H. Trivedia)
a)  University of Texas Southwestern Medical Center, Dallas, Texas
b)  Université McGill, Canada et Immunotec Inc. Montréal, QC Canada
ABSTRAIT– Objet : Examiner la tolérabilité d’un isolat protéique de lactosérum non dénaturé (IPLN) chez des enfants atteints d’autisme. Bien des enfants autistes présentent des taux faibles de glutathion et des taux plus élevés de stress oxydatif. L’IPLN peut augmenter les taux de glutathion et réduire le stress oxydatif. Toutefois, des rapports isolés suggèrent que l’IPLN peut se révéler problématique chez les enfants autistes, car il contient de la cystéine et d’autres acides aminés soufrés.
Méthodes : Un essai ouvert de 6 semaines a été effectué auprès de 10 enfants, âgés de 3 à 15 ans, atteints d’autisme ou de troubles envahissants du développement (TED), auxquels on a administré une supplémentation en IPLN (ImmunocalMD). Afin de déterminer les effets secondaires éventuels de cette supplémentation, on a procédé à des mesures relatives à la fréquence, à l’intensité et aux types d’effets secondaires, ainsi que des mesures relatives au comportement, et ce, à la base de référence ainsi qu’aux journées 3, 14, 30 et 45.
Résultats : Au cours des six semaines de l’essai, sept des dix enfants ont pris le supplément et l’ont bien toléré. Deux enfants ont cessé d’en prendre après deux semaines en raison d’effets secondaires probables : l’un à cause de problèmes gastro-intestinaux et l’autre parce qu’il était moins réceptif aux parents. Un autre enfant a interrompu l’expérience, en raison des difficultés qu’on éprouvait à lui administrer le produit.
Conclusion: Cette étude suggère que l’IPLN, administré comme supplément auprès de cette petite population d’enfants autistes, n’occasionne pas de taux élevés d’effets secondaires. Cela signifie que d’autres études, menées auprès de populations plus grandes et visant à déterminer la sécurité et l’efficacité de l’IPLN, pourraient révéler des résultats aussi prometteurs. Des études plus importantes sont prévues visant à déterminer l’efficacité de l’IPLN à hausser les taux de glutathion.
******************************
PEDIATR BLOOD CANCER, 50:447-450 (2008)
34-COMITÉ EN NUTRITION D’UN COLLECTIF D’ENFANTS EN ONCOLOGIE (CEO)
Paul C. Rogers, MB ChB, MBA, 1*   Steven J. Melnick, MD, PhD, 2, Elena J. Ladas, MS, 3
Jacqueline Hamilton, MD,4   Jacques Baillargeon, PhD,5  et Nancy Sacks, MS 6
1British Columbia Children’s Hospital, Vancouver, British Columbia, Canada,
2Miami Children’s Hospital, Miami, Florida,
3Columbia University, Children’s Hospital of New York, NY,
4Children’s Hospital of Eastern Ontario, Ottawa, Ontario, Canada,
5University of Texas Health Science Center, San Antonio, Texas,
6The Children’s Hospital of Philadelphia, Philadelphia, Pennsylvania.
Le Comité en nutrition d’un collectif d’enfants en oncologie (CEO) a été constitué dans le but d’en connaître davantage sur la nutrition des enfants atteints d’un cancer par le biais de formation éducative et de tenue d’essais cliniques. Un questionnaire effectué par le CEO auprès d’institutions a révélé un manque de conformité en matière d’évaluation et de classification des valeurs nutritionnelles, ainsi que des critères en matière d’intervention nutritionnelle. Le Comité a donc créé des catégories précises de malnutrition (poids insuffisant et surpoids) basées selon le poids corporel idéal et l’indice de masse corporelle. Un algorithme a été mis en œuvre à titre de principes directeurs en matière d’interven-tion nutritionnelle, ainsi que des références et des ressources pour déterminer les besoins prévus à cet effet. Le Comité s’est lancé dans des concepts d’essais cliniques en matière d’intervention nutritionnelle. La première étude pilote qui a été complétée portait sur l’évaluation d’une réussite possible d’utiliser un précurseur immuno-nutraceutique pour la production de glutathion. L’étude a démontré un gain de poids et une amélioration du niveau de glutathion. Un essai pilote d’une alimentation entérale proactive auprès de patients à risque élevé de malnutrition a commencé récemment. Le Comité estime que la nutrition est pertinente sur tous les aspects du contrôle du cancer. L’absence d’enquêtes nutritionnelles auprès d’enfants atteints d’un cancer doit être rectifiée.
Mots clés : cancer, enfants; nutrition.
******************************
JOURNAL OF GASTROENTEROLOGY & HEPATOLOGY 24:1045-1050 (2009)
35-UNE ÉTUDE PILOTE OUVERTE SUR UNE SUPPLÉMENTATION D’ISOLAT PROTÉIQUE DE LACTOSÉRUM RICHE EN CYSTÉINE AUPRÈS DE PATIENTS ATTEINTS DE STÉATOHÉPATITE NON ALCOOLIQUE
Taned Chitapanarux* Prasong Tienboon†, Suwalee Pojchamarnwiputh ‡ et Donrawee Leelarungrayub§
*Division de la gastrohépatologie, département de la médecine, † division de la nutrition, département de la pédiatrie, ‡ division de la radiodiagnostic, département de la radiologie, Faculté de médecine, Chiang Mai University, and § département de la thérapie physique, Faculté des sciences médicales associées, Chiang Mai University, Thaïlande.
Le contexte et les buts : L’appauvrisse-ment en glutathion (GSH) contribue à des lésions au foie et au développement de la stéatohépatite. Un isolat protéique de lactosérum non dénaturé et riche en cystéine a été prouvé en clinique pour hausser les niveaux de GSH auprès de plusieurs groupes de patients. Le but de cette étude était d’évaluer l’effet de la supplémentation orale avec une protéine de lactosérum auprès de patients atteints de stéatohépatite non alcoolique (NASH).
Méthodes : Dans une étude clinique ouverte, 38 patients (18 hommes et 20 femmes; âge moyen de 48 ± 14 ans) ayant une NASH confirmée par des mesures de tomodensitométrie et de biochimie du foie, ont reçu une dose quotidienne de 20 g d’isolat protéique de lactosérum pour une période de 12 semaines.
Résultats : Une diminution importante de l’alanine aminotransférase (ALT) (64 ± 72 vs 46 ± 36, P=0,016) et de l’aspartate aminotransférase (AST) (45 ± 49 vs 33 ± 18, P=0.047) a été observée.  À la fin de l’étude, le glutathion plasmatique et la capacité antioxydante totale ont augmenté considéra-blement (53 ± 11 vs 68 ± 11, P< 0,05 et 1,26 ± 0,10 vs 2,03 ± 0,10, P<0,05). L’index d’atténuation du foie s’est amélioré de : 13,4 ± 11,1 à -9,7 ± 13,1 (P = 0,048).  La stéatose macrovésiculaire hépatique a diminué considérablement après une période de 12 semaines de supplémentation (33,82 ± 12,82 vs 30,66 ± 15,96, P=0,046). L’isolat protéique de lactosérum a été bien toléré auprès des patients et aucune réaction indésirable grave n’a été observée.
Conclusions : Les résultats indiquent que la supplémentation orale d’un isolat protéique de lactosérum riche en cystéine se traduit par des améliorations au niveau des biochimies du foie, améliore le glutathion plasmatique et la capacité antioxydante totale, et diminue l’activité de la stéatose macrovésiculaire hépatique chez les patients atteints de NASH. Les résultats appuient le rôle du stress oxydatif dans la pathogenèse de cette maladie.
******************************
PRÉSENTÉ À LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LE SIDA; INT. CONF. AIDS 7-12 août 1994 (Sommaire no. 421A).
36-ACTIVITÉ ANTI-SIDA ET ANTI-APOPTOTIQUE DU CONCENTRÉ DE LA PROTÉINE DE LACTOSÉRUM : IMMUNOCAL.
Baruchel S, Olivier R, Wainberg M.
Hôpital de Montréal pour Enfants, Montréal, Québec, Canada
OBJECTIFS : Il a déjà été démontré que le glutathion (GSH) in vivo favorise l’activité du concentré de protéine de lactosérum non dénaturé (WPC). Le présent article démontre l’activité antisida et antiapoptotique d’un produit WPC nommé IMMUNOCAL et sa relation avec la synthèse du GSH.
MÉTHODES : IMMUNOCAL est fabriqué de façon linéaire afin de maintenir les protéines sous une forme non dénaturée et de préserver leurs résidus de cystéine glutamyle. Nous avons testé l’activité antisida in vitro sur des cellules mononucléaires de sang ombilical et sur des cellules MT 4 en étudiant chacune des activités des transcriptases inverses (TI), la production d’antigènes p24 et la formation de syncytium. Le GSH a été mesuré par une analyse de récupération spectrophotomé-trique. L’apoptose a été évaluée par une cytométrie de flux sur des PBMC provenant d’individus atteints du SIDA (les cellules ont été contaminées avec de l’orange acridine et du bromure d’éthidium) (n = 6).
RÉSULTATS : Une activité antisida a été constatée dans des concentrations de WPC entre 100 microgrammes/ml et 500 microgrammes/ml. L’inhibition de formation de syncytium se produit avec un IC50 de 150 microgrammes/ml. Les PBMC mises en culture avec ces concentrations de WPC (N = 3) démontrent une hausse statistiquement significative dans la synthèse du GSH lorsqu’elles sont comparées à des cellules non traitées, 9,6 /- 1,5 versus 5,4 /- nmoles/10(7) cellules, p = 0,01.  Les PBMC infectées de VIH et mises en culture en présence de 100 microgrammes/ml de WPC étaient moins sujettes à mourir d’apoptose que les cellules non traitées, 15 % /- 2,6 vs 37 % /- 2,4 p <0,001.  
CONCLUSION : IMMUNOCAL (WPC) détient des activités antivirales et anti-apoptotiques qui peuvent être liées à son activité de favoriser le glutathion. Un essai clinique est en cours actuellement et les sujets sont des enfants atteints de SIDA et du syndrome cachectique.
******************************
ANTICANCER RESEARCH 16:1095-1100 (1996)
37- MODULATION SÉLECTIVE IN VITRO DE GLUTATHION CELLULAIRE PAR UN ISOLAT PROTÉIQUE DE LACTOSÉRUM NATURELLEMENT HUMANISÉ DANS DES CELLULES NORMALES ET UN MODÈLE DE CARCINOME MAMMAIRE CHEZ LE RAT
Sylvain Baruchel et Ginette Viau
Département de pédiatrie et oncologie, et l’Institut de recherche de l’Hôpital de Montréal pour enfants, Université McGill, 2300 rue Tupper, Montréal, Québec, Canada H3H 1P3
Abstrait : Nous présentons le rapport d’une activité inhibitoire sélective in vitro d’un concentré protéique de lactosérum humanisé, IMMUNOCALMC, sur la croissance de cellules atteintes de carcinome mammaire et de cellules Jurkat T en comparaison avec des cellules mononu-cléaires sanguines périphériques normales. Nous avons relié cette activité inhibitoire à un appauvrissement sélectif de synthèse de glutathion intracellulaire. L’utilisation d’un concentré protéique de lactosérum humanisé en tant que supplément alimentaire peut avoir une implication directe dans des essais cliniques avec une chimiothérapie adjuvante.
Le glutathion (GSH) compte pour plus de 90 % du total de sulfhydryle non protéique intracellulaire et s’avère critique dans une variété de fonctions de protection cellulaire, incluant la protection d’espèces oxygènes toxiques et la détoxification de divers zénobiotiques. La concentration de cellules tumorales peut être l’un des facteurs déterminants de la cytotoxicité d’un grand nombre d’agents chimiothérapeutiques et de radiothérapie, et une hausse dans la concentration de GSH semble être au moins l’un des mécanismes de résistance acquise aux médicaments à la chimiothérapie.
La hausse thérapeutique des niveaux de GSH des cellules normales a été également examinée comme un moyen de réduire la toxicité liée à une grande variété de composés à la fois d’origine exogène et endogène.
Le GSH peut être augmenté par différentes méthodes, notamment la livraison de L-Cystine, un acide aminé rare et limité dans la synthèse du GSH. Il s’agit toutefois d’une méthode difficile, puisque la cystéine est toxique, elle n’est pas transportée efficacement aux cellules et elle est oxydée à un pH neutre de façon spontanée.
Les tentatives de traitements du cancer basées selon une modulation de concentration du GSH dans des cellules tumorales doivent prendre en considération l’état du glutathion et le taux de synthèse du GSH dans ces cellules. Il a été reconnu qu’une synthèse du GSH rapide dans les cellules tumorales est associée à des taux élevés de prolifération cellulaire. L’appauvrissement du GSH tumoral in vivo diminue le taux de prolifération cellulaire et inhibe la croissance du cancer. En pratique, il est difficile de réduire suffisamment le GSH dans une tumeur in vivo sans mettre en danger le tissu normal.
Un grand nombre d’études ont démontré que le GSH peut être manipulé différemment dans une lignée de cellules normales versus tumorales. Selon la méthode de manipula-tion du GSH, la protection pourrait être démontrée dans des lignées de cellules normales, mais non dans des cellules tumorales.
Dans ce rapport, nous avons démontré qu’il est possible de moduler sélectivement in vivo la synthèse du GSH dans des cellules normales comparativement aux cellules cancéreuses avec un concentré protéique de lactosérum humanisé, et que cette modulation du GSH sélective a des incidences sur la prolifération cellulaire.
******************************
FOOD CHEM TOXICOL. 44:574-578, (2006)
38 - LE CONCENTRÉ DE PROTÉINES DE LACTOSÉRUM FAVORISE LA
PRODUCTION DE GLUTATHION (GSH) PAR LE GSH RÉDUCTASE DANS LA
LIGNÉE CELLULAIRE PC12 APRÈS UNE EXPOSITION AIGUË À L’ÉTHANOL.
Tseng YM, Lin SK, Hsiao JK, Chen IJ, Lee JH, Wu SH, Tsai LY.
Département de pathologie et de médecine de laboratoire, Hôpital général des anciens combattants
Kaohsiung, Kaohsiung 81346, Taiwan; Institut de médecine, Université médicale Kaohsiung,
Kaohsiung 80702, Taiwan.
Résumé :  Une consommation excessive d’éthanol pourrait augmenter la production de formes réactives de l’oxygène (FRO) qui causent des dommages  aux tissus, en particulier aux neurones et aux cellules gliales du système nerveux central. L’objectif de cette étude est d’évaluer les effets du concentré de  protéines de lactosérum (WPC) sur l’état du glutathion (GSH) dans la lignée cellulaire phéochromocytome (PC12) après une exposition aiguë à l’éthanol. Dans cette étude, nous avons dosé la viabilité des cellules, le pourcentage de lacticodéshydrogénase libéré (% LDH libéré), le niveau de GSH et l’activité  du GSH réductase (GRx).  Les résultats ont révélé qu’avec un supplément de WPC, la viabilité des cellules ne montrait aucune différence significative après une exposition aiguë à l’éthanol chez des groupes exposés ou non à l’éthanol. La cytotoxicité induite par l’éthanol a légèrement diminué et le niveau de  SH  a augmenté de façon significative. L’activité du GRx a augmenté de façon significative avec un apport de 0,1 ou 10 mg/ml de WPC. En conclusion, ces  ésultats suggèrent qu’une concentration modérée de WPC pourrait être un agent précurseur qui favorise la production de GSH et pourrait améliorer la capacité antioxydante de la lignée cellulaire PC12.


******************************
J AGRIC FOOD CHEM. 56:8141-8147 (2008)
39 - EFFETS DU PRÉTRAITEMENT AU CONCENTRÉ DE PROTÉINE DE
LACTOSÉRUM (WPC) SUR LES DOMMAGES OXYDATIFS INDUITS PAR
L’ALCOOL DANS LES CELLULES MONONUCLÉES DE SANG PÉRIPHÉRIQUE
(PBMC).
Tseng YM, Chen SY, Chen CH, Jin YR, Tsai SM, Chen IJ, Lee JH, Chiu CC, Tsai LY
Institut de médecine, Collège de médecine, Université médicale Kaohsiung, Kaohsiung, Taiwan.
Résumé :  Une consommation excessive d’alcool peut causer l’apoptose de plusieurs tissus et avoir une incidence sur le statut antioxydant des cellules  mononuclées de sang périphérique (PBMC). Cet article étudie les effets du prétraitement au concentré de protéine de lactosérum (WPC) sur l’apoptose et  le statut antioxydant des PBMC après une exposition à l’alcool. Les résultats révèlent que les pourcentages de cellules apoptotiques dans le groupe ayant reçu de l’alcool étaient supérieurs à ceux du groupe n’en ayant pas reçu. De plus, l’activité du glutathion (GSH) peroxydase (GPx) était plus importante  lorsque les PBMC étaient exposées à 300 mg/dl d’alcool. En ce qui concerne l’activité du GSH réductase (GRx), elle était supérieure chez le groupe ayant reçu du WPC que chez le groupe exposé uniquement à l’alcool. Au contraire, les niveaux de GSH ont diminué après l’exposition à l’alcool, mais le niveau de GSH était supérieur dans le groupe ayant reçu du WPC. Cette étude a permis de conclure que l’augmentation du niveau de GSH dans les PBMC pourrait ne  pas être attribuable aux effets du GRx parce que le niveau de GSH dans le groupe ayant reçu du WPC et du BCNU (un inhibiteur du GRx) était quand  même supérieur. Les résultats ont révélé que le prétraitement des PBMC au WPC pourrait contrer les effets induits par l’alcool, comme le déséquilibre du  statut antioxydant.


******************************
J AGRIC FOOD CHEM 58:12729-12734 (2010)
40 - EFFETS DU CONCENTRÉ DE PROTÉINE DE LACTOSÉRUM (WPC) SUR LES
DISTRIBUTIONS DES SOUS-POPULATIONS DE LYMPHOCYTES CHEZ LES RATS
PRÉSENTANT UNE CONSOMMATION EXCESSIVE D’ALCOOL.
Tseng YM, Tsai SM, Lin WS, Huang ZR, Lin CC, Yeh WH, Wu YR, Tsai LY.
Département de pathologie et de médecine de laboratoire, Hôpital général des anciens combattants
Kaohsiung, Numéro 386, 1re route Ta-chung, Kaohsiung 81346 Taiwan.
Résumé :  Pour étudier les effets du concentré de protéine de lactosérum (WPC) sur le statut antioxydant et les souspopulations de lymphocytes chez les  rats ayant consommé de l’alcool, nous avons analysé le statut antioxydant du sang périphérique et les sous-populations de lymphocytes dans le sang  périphérique, la  rate et la moelle osseuse des rats nourris de WPC (0,334 g/kg) et d’alcool (6 g/kg) pendant 3 mois. Les résultats ont révélé que les effets du WPC sur le glutathion peroxydase et le glutathion dans le sang périphérique, les cellules T et B de la rate et les cellules B de la moelle osseuse étaient plus apparents chez les rats ayant consommé de l’alcool. Toutefois, ces effets n’étaient pas apparents dans les groupes témoins. Dans leur ensemble,  es résultats indiquent que l’immunité des rats pourrait être améliorée par l’augmentation de la capacité antioxydante après l’administration d’un supplément  de WPC et que les effets du WPC sur les sous-populations de lymphocytes se manifestaient principalement dans la rate et la moelle osseuse, et non dans  le sang périphérique.


******************************

Immunotec © 2011    :    Conception www.vitrine.net en collaboration avec www.publicitédr.com

 Courriel: pascale@forcevente.com     Aussi: www.rockberard.com